Pardonnez ce temps de silence où j'ai lu vos commentaires en y réfléchissant.

On adopte vite au fond l'étiquette de "crampe de l'écrivain" que la médecine nous tend mais de votre crampe à celle d'un autre, il y a de si grandes différences que je me dis que cette étiquette est un iceberg...

Sous la surface, il y a sans doute des réalités, des faits médicaux et gestuels, des expériences, des causes différentes.

Un de mes amis a du mal à écrire au clavier mais sans souci à la plume : on lui a dit que c'était une crampe de l'écrivain ! Moi, je ne peux manipuler un stylo plus de deux mots ou trois lignes, selon les jours, sans que la douleur perce au niveau des cervicales et des lombaires et que ma capacité à marcher soit tout bonnement mise en jeu.

Prenez le temps de nous décrire la réalité de votre crampe !

C'est à vous ...